• Alex

Ces Bleus étaient trop faibles (mes notes)


C'était un match amical dans tous les sens du terme. Face à l'Espagne, Didier Deschamps en a profité pour lancer plusieurs joueurs dans un Stade de France presque plein, mais déçu à la fin de la rencontre puisque l'Equipe de France a s'est inclinée pour la première fois cette année. Un match important pour le football, puisque l'arbitrage vidéo a été testé pour la première fois au Stade de France.

Malgré deux dernières années difficiles, les champions du monde 2010 et champions d'Europe 2008 et 2012 n'ont rien perdu de leur talent. Hier soir, la Roja a démontré qu'elle faisait partie des meilleures nations européennes et mondiale en s'imposant sur la pelouse du vice-champion d'Europe 2016. Si plusieurs titulaires étaient absents côté tricolore et que l'Espagne jouait avec une de équipe presque type, les remplaçants français n'ont pas été à la hauteur de l'événement, même si ce n'était qu'un match amical. Pourtant, les Bleus ont inquiété les hommes de Lopetegui. D'entrée, après une jolie combinaison en triangle, Kurzawa centre vers Mbappé qui reprend le ballon mais se heurte à un arrêt réflexe splendide de De Gea (5'). Les joueurs de Didier Deschamps jouent haut un quart d'heure avant de se replier sur leur but et de laisser le ballon aux espagnols, un peu à l'image de la rencontre entre Paris et Barcelone...


Mais dès le retour des vestiaires, Jallet centre vers Kurzawa qui remise pour Griezmann qui ouvre le score. Le madrilène célèbre son but, les supporters français aussi qui exultent, mais l'arbitre de la rencontre interrompt tout le monde : la vidéo indique que Griezmann est en position de hors-jeu (48'). C'est donc le premier but refus grâce à la vidéo. Entré en jeu à la mi-temps à la place de Rabiot, Bakayoko hérite d'un ballon face à son but. Le monégasque tente de le remettre en retrait à Umtiti mais le ballon est intercepté par Deulofeu qui va provoquer le penalty après un duel avec Koscielny (68'). Star de cette équipe espagnole, David Silva s'élance en prend à contre-pied Lloris, qui n'avait pas vu que Giroud lui montrait l'endroit où le meneur de jeu de Manchester City allait tirer (0-1, 69'). Les Bleus sont menés. Mais ils ne lâchent pas et jouent toujours aussi haut. On croit à l'égalisation au Stade de France, et les supporters français donnent de la voix. Mais sur un modèle d'action, Alba déborde et centre vers Deulofeu qui double la mise (77'). L'arbitre refuse le but pour un hors-jeu avant de se raviser : la Roja fait le break (0-2, 77'). L'Equipe de France, qui n'avait subi qu'une seule défaite en 2016 (lors de la finale de l'Euro 2016) s'incline pour la première fois cette année. Bon joueur, Didier Deschamps quitte le terrain avec le sourire.

Mes notes :

France : Lloris (5,5/10), Jallet (2,5/10), Koscielny (5/10), Umtiti (5,5/10), Kurzawa (5,5/10), Kanté (5/10), Rabiot (4/10), Tolisso (4/10), Griezmann (4/10), Gameiro (3/10), Mbappe (5,5/10).

Remplaçants* : Bakayoko (4,5/10)

Espagne : De Gea (5/10), Carvajal (6/10), Piqué (5/10), Sergio Ramos (5/10), Alba (7/10), Busquets (6/10), Iniesta (7/10), Koke (6/10), Pedro (6/10), Isco (6,5/10), Morata (5/10).


Les + côté français : les jeunes. Kylian Mbappé a sans doute été le meilleur français offensivement. A chaque fois qu'il a touché le ballon, il s'est passé quelque chose. Pour le reste, ce n'était pas un match pour lui vu que les milieux de terrains tricolores n'ont pas vu le ballon pendant les deux tiers du match. De son côté, Corentin Tolisso est passé à côté de son match. Mais c'était sa première sélection, devant 80.000 spectateurs et face à Iniesta et Busquets. Il est excusé. Entrés en jeu, Dembélé et Lemar ont apporté un vrai plus à l'attaque des Bleus. Percutants, rapides et précis dans leurs transmissions, ils ont éclairé leur jeu français : dommage de ne pas les avoir vus plus tôt. Egalement entré en jeu pour sa première sélection, Bakayoko offre le penalty à l'Espagne. Mais dans l'ensemble, il a apporté au milieu de terrain. Assez précis dans ses passes vers l'avant, il a réussi à garder plusieurs ballons dans l'entre-jeu et s'est même offert plusieurs rush vers le but adverse. Pas mal dans l'ensemble.

Les flops : Kévin Gameiro et Christophe Jallet. Clairement. Kévin Gameiro n'a pas été au niveau, surtout techniquement. Il a su jouer de sa vitesse lorsqu'il fallait le faire, mais il reste le véritable point faible de l'Equipe de France sur cette rencontre. L'entrée d'Olivier Giroud a apporté plus, surtout grâce à son jeu en pivot. Le latéral lyonnais est lui passé à côté de son match. Il a été très en difficulté défensivement et, à part le centre qui a amené l'ouverture du score de Griezmann (refusé pour hj), l'ancien parisien s'est montré très limité dans l'apport offensif. L'absence de Djibril Sidibé s'est faite ressentir.

L'homme du match : l'arbitre. A l'aide de la vidéo, il a su arbitrer loyalement la rencontre, même si nous aurions préféré que la vidéo ne soit pas utilisée mardi soir puisqu'elle a refusé un but à Antoine Griezmann et accordé un but à Deulofeu que l'arbitre avait d'abord refusé. L'arbitrage vidéo sera bénéfique pour le football, et on aurait bien voulu la voir au Camp Nou, le 8 mars dernier...


Crédit photos : UEFA EURO 2020 (page Facebook)

Source : UEFA


0 vue

Partenaire principal

senseball
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube