Entretien avec Hugo Robert : "Il faut que je progresse puis les choses viendront"



INTERVIEW - A 21 ans, le joueur formé au Racing Club de Lens est à la recherche d'un club, alors qu'il a quitté la Gaillette cet été. Hugo Robert, latéral gauche passé par le centre de formation du club Artésien et abonné à Bollaert en étant plus jeune a réalisé son rêve en foulant la pelouse du club Lensois lors d'un match de Coupe de la Ligue. Il a répondu à mes questions et me parle de son avenir.

Comment t'es venue la passion du football ?

Ma passion pour le football, elle est arrivée dès le plus jeune âge. Mon père jouait au football, à ce moment-là en Division d'Honneur. Mais mon père a toujours joué au football, c'est un grand passionné de football, moi aussi suis un grand passionné de football : j'étais abonné à Lens à l'âge de 7-8 ans. J'ai commencé le football à 6 ans, donc c'est depuis le berceau, j'ai été éduqué comme ça car ma famille adore le football. Les weekends se passaient en regardant les matchs de foot donc c'est comme ça.

Comment avais-tu été repéré par le RC Lens ?

Je jouais à Avion, juste à côté, donc ça a un peu aidé. Ensuite, le responsable de la formation d'Avion, Dominique Delattre, est parti à Lens donc cela a aussi aidé. Puis, un jour, et je m'en souviendrai toujours, je joue contre Lens. A ce moment-là, je jouais numéro dix, même avant-centre, on gagne 5-4 et je mets 4 buts. Donc j'ai été recruté.

Que ressens-tu à l'idée de quitter le RC Lens ?

Ce que je ressens... Ca fait bizarre de partir quand tu sais que ça fait onze ans que t'es au club, que tu as tout vécu à Lens. Après il faut le prendre comme un mal pour un bien. Tu vois, je pense que ça va me faire grandir, ça va me faire sortir de mon cocon quand tu sais qu'à Lens j'étais tranquille. C'est normal, ça faisait onze ans que j'étais là. Donc ça fait bizarre, mais c'est tout, c'est la vie.

Il y a forcément un peu de frustration de quitter ton club formateur ?

Oui, c'est frustrant. Après on peut aussi dire que j'ai réalisé mon rêve : j'avais pour objectif de jouer à Bollaert. Je l'ai fait, on a joué en Coupe de la Ligue contre le Paris FC mais ça reste un goût d'inachevé. Mais c'est tout, c'est la vie. C'est comme ça. Ce sont des choix, des choix d'entraîneur...

Ton seul match était donc contre le Paris FC en Coupe de la Ligue, quel souvenir gardes-tu de cette rencontre ?

Quel souvenir je garde de ce match ? En réalité, j'ai deux souvenirs : j'ai un excellent souvenir qui est de rentrer à Bollaert, devant le public... c'est une adrénaline, une boule au ventre, c'est un rêve qui se réalise ! Mais après tu vois, je rate aussi mon penalty contre le Paris FC. Et ce penalty, il est encore là, il me reste encore au travers de la gorge et c'est ce qui a gâché un peu ma soirée.

Tu es sans club. Que recherches-tu comme club, dans quelle division ?

En ce moment, je recherche un club pour progresser. Je cherche actuellement un club dans lequel je pourrais élever mon niveau de jeu et évoluer. Parce qu'à Lens cela faisait trois ans et demi-quatre ans que j'étais en CFA, et au bout d'un moment je pense que j'avais fait un peu le tour. Donc si je veux continuer à progresser, c'est trouver un club d'un niveau plus élevé que le CFA. Je recherche un club de National ou de Ligue 2. Après, je n'ai pas pour le moment l'ambition de trouver un club de Ligue 1 parce que je pense que je n'ai pas encore les capacités fondamentales pour être un joueur de Ligue 1. Il faut encore que je grandisse, donc un club de National, Ligue 2, Ligue 1 puis ensuite pourquoi pas l'étranger.

As-tu pensé à la possibilité de ne pas retrouver de club pro ?

C'est vrai que j'y pense depuis longtemps, bien sûr. Cela fait partie des risques que de ne pas trouver de club, mais après je pense que c'est à moi de prouver et de montrer des choses aux clubs qui vont vouloir me voir . Ca ne dépendra que de moi.

Quels sont tes objectifs ?

Mon objectif, c'est évidemment de trouver un club. Un club où il y a un beau projet dans lequel je vais pouvoir m'épanouir avec un bon groupe, j'espère un bon coach, un bon cadre et où je pourrai progresser. Moi maintenant, à 21 ans, j'ai encore à progresser donc il faut que je progresse puis les choses viendront par elles-mêmes.


Je remercie Hugo Robert pour avoir répondu à mes questions et pour sa disponibilité. Je lui souhaite de trouver rapidement un club dans cette période de mercato. 👍

Photos : Mathis Senicourt


Partenaire principal

senseball blanc.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube