ARTICLE : Vainqueurs de Troyes, Paris et Di Maria prêts pour Madrid


LIGUE 1 CONFORAMA - C'est un Paris Saint-Germain jeune et remanié qui s'est déplacé au Stade de l'Aube pour affronter le promu Troyen dans une arène pleine à craquer. Privé de sa star, le Brésilien Neymar, Paris a également composé sans Edinson Cavani et Kylian Mbappé laissés au repos.

Et forcément, en l'absence de ses principales armes offensives, Unai Emery a été contraint de convoquer un groupe jeune pour le déplacement dans l'Aube, à trois jours du choc face au Real Madrid au Parc des Princes. Si la MCN était absente, c'était également le cas Marco Verratti, Marquinhos ou encore Javier Pastore dont la préservation reste une énigme. L'Argentin était-il laissé au repos en prévision d'une titularisation mardi soir face au Real Madrid ? Quoiqu'il en soit, Paris devait conserver ses 14 points d'avance sur son dauphin Monégasque, qui s'est imposé contre Bordeaux en ouverture de la 28e journée (2-1). Et pour ce faire, le club de la capitale a encore pu compter sur l'homme en forme du début de l'année civile : Angel Di Maria. El Fideo a porté un onze dans lequel Christopher Nkunku et Julian Draxler ont alterné au poste d'avant-centre. Celui qui a été convoqué avec la sélection Argentine cette semaine a trompé Erwin Zelazny d'un joli piqué après un service de Julian Draxler (47').


PSG.fr

Solide défensivement mais globalement inoffensif en première période, Troyes a craqué dès l'entame du second acte. Comme au match aller, l'ESTAC a tenu face au collectif Parisien avant de rompre par deux fois. Dans son lit d'hôpital où son opération s'est bien passée comme l'a communiqué le Paris Saint-Germain, Neymar a pu assister au deuxième but Parisien signé du titi Christopher Nkunku qui bat le portier Troyen pourtant en position de hors-jeu (77'). Un hors-jeu qui aurait dû refuser la réalisation du milieu de terrain formé au PSG, avant que Dani Alves ne se voie lui refuser un but pourtant valable. L'ancien Barcelonais, en position licite, est à l'affût de la frappe de Timothy Weah repoussée par Erwin Zelazny (90'). Le fils de Mister Georges a eu une dizaine de minutes pour s'exprimer sur la pelouse de Troyes mais n'aura pas marqué son premier but pour sa première apparition chez les pros. Il suivra de près le match retour entre le Paris Saint-Germain et le Real Madrid mardi soir, quinze ans après que son père ait marqué dans la victoire (4-1) du club de la capitale face au club Merengue.

Malgré un grand Erwin Zelazny, Troyes n'a pas pu réaliser l'exploit de faire tomber un PSG diminué par les absences de plusieurs de ses cadres. Il faut dire que dans un Stade de l'Aube à guichets fermés, l'ESTAC de Jean-Louis Garcia n'a pas non plus beaucoup eu d'opportunités pour mettre en danger Alphonse Aréola qui a effectué sa première parade face à une superbe frappe de Benjamin Nivet (83'). Le gardien de l'Equipe de France n'avait pas eu à s'employer sur la frappe du capitaine Karim Azamoum en début de partie (4'). Sous la pluie Troyenne, Unai Emery a donc pu préserver Adrien Rabiot et Angel Di Maria en début de seconde période. Les deux joueurs ont été remplacés par Thiago Motta et Dani Alves, qui ont également pu se remettre dans le rythme à trois jours du match le plus important de la saison.


PSG.fr

Déjà la tête à Madrid, Paris a assuré l'essentiel cet après-midi face à une équipe Troyenne qui reste barragiste avant les matchs d'Angers et de Toulouse ce samedi soir. Dominée, l'ESTAC enchaîne un second revers de rang après celui concédé à Rennes (2-0) le weekend dernier. Le PSG est, quand à lui, sur une tout autre série. Unai Emery et ses hommes remportent un troisième match de suite en championnat et son prêts pour affronter le Real mardi.


0 vue

Partenaire principal

senseball
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube