Première punition de la saison pour Paris à Liverpool


LIGUE DES CHAMPIONS - Le Paris Saint-Germain a mal débuté sa campagne européenne sur la pelouse d'Anfield mardi soir. Battu dans de nombreux duels et largement dominé dans le jeu, Paris a cru ramener le point d'un match nul inespéré compte tenu de sa performance. Mais le club de la capitale a sombré dans les ultimes secondes.

Ratée. C'est le résultat de la première sortie européenne de la saison du Paris Saint-Germain. Ratée par le résultat mais aussi par le visage affiché par le champion de France en titre face au finaliste de la dernière édition de la Ligue des Champions. En l'espace du match le plus important de son début de saison, Paris a montré tous ses défauts. Des problèmes récurrents qui sont les mêmes que ceux qui ont déjà été montrés depuis plusieurs saisons face au FC Barcelone ou au Real Madrid notamment. Trop faible et composé de joueurs qui n'ont pas joué à leur poste de prédilection, le milieu de terrain parisien n'a pas vu le jour, surtout en seconde période où la triplette de l'entre-jeu n'a gagné quasiment aucun duel face à Jordan Henderson et Georgino Wijnaldum. L'expérimenté James Milner été quant à lui sur tous les fronts et a donné du fil à retordre à Adrien Rabiot mais aussi aux latéraux parisiens.

Contrairement aux années dernières durant lesquelles Paris a impressionné en phase de poules et même battu des records la saison passée, le PSG a déjà donné le ton. Mais ce qui inquiète, c'est que ce sont les mêmes depuis plusieurs saisons. Un latéral gauche dépassé et fautif sur l'action qui amène le penalty des Reds, un milieu de terrain transparent qui s'est fait marcher dessus par son adversaire mais surtout un manque d'agressivité, de concentration et de rythme. Pendant 90 minutes, Paris a tenté de ressortir proprement le ballon en passant par ses centraux Thiago Silva et Presnel Kimpembe avant de trouver un milieu de terrain. Mais à un poste qui n'est pas le sien en sentinelle, Marquinhos n'a jamais été capable de lancer une offensive. Plus bas sur le terrain que d'habitude mais à un poste qu'il connaît bien pour l'avoir occupé au Real Madrid, Angel Di Maria a tout raté. Même si l'argentin a été l'un des rares parisiens à courir pour effectuer le pressing, il est loin d'avoir joué à son meilleur niveau et a perdu un grand nombre de ballons.


Trop peu trouvée, la MCN a été inoffensive. Pendant que Neymar tentait de percer l'arrière-garde des Reds tout seul, Edinson Cavani courait dans le vide et Kylian Mbappé ratait tout ce qu'il entreprenait. Les trois compères d'attaque ne se sont pas trouvés sur la pelouse d'Anfield et se sont procurés peu d'occasion pour effrayer Alisson. Ce n'est d'ailleurs pas un attaquant qui marque le premier but parisien dans le match puisque c'est Thomas Meunier, d'un geste de pur avant-centre, qui a réduit l'écart juste avant la pause (40'). Le second buteur Kylian Mbappé a lui égalisé d'un joli but sur un service de Neymar en fin de match (82'). Mais sur l'ensemble du match, l'ancien monégasque a déçu. Le numéro 7 du PSG n'a pas trouvé les espaces pour faire parler sa vitesse et a trop souvent fait les mauvais choix dans ses appels ou ses prises de balle. Le champion du monde tricolore est même à l'origine du troisième but des Anglais après une perte de balle dans son camp.

Une perte de balle dans sa propre moitié de terrain, des défenseurs trop apathiques et attentistes, une frappe croisée qui bat Alphonse Aréola dans les toutes dernières secondes de la rencontre... C'est un scénario qui se répète encore et encore dans les grands rendez-vous et qui semblait même inévitable. Alors que Paris, après une terne prestation, se dirigeait vers un match nul que Liverpool méritait de remporter, il était même logique que ce PSG craquerait encore. Et ça n'a pas manqué, Paris a une nouvelle fois payé son manque de caractère et de concentration. Cela commence même à faire beaucoup pour une équipe qui a désormais perdu ses quatre derniers matchs de Ligue des Champions et qui a été éliminé des deux dernières éditions au stade des huitièmes de finale pour des problèmes ciblés, listés et non résolus.


Les présences de Neymar et de Kylian Mbappé combinées à l'arrivée d'un coach attendu pour faire passer un cap à cette équipe restent sources d'espoir pour la saison en cours. Mais au vu des réactions d'après-matchs, le club n'a toujours pas compris ce qui lui manquait pour gagner un match chez un grand d'Europe. Car Liverpool, même sans être extraordinaire, a livré un match de grande qualité. Si Jürgen Klopp ne dispose pas de deux des cinq meilleurs joueurs du monde offensivement contrairement au PSG, il a comblé le peu de points faibles qu'avait son équipe. Par exemple, le niveau de sa défense qui est désormais l'une des plus solides d'Angleterre mais aussi la profondeur de banc au milieu de terrain avec des joueurs comme Fabinho ou Naby Keïta qui n'était pas titulaires alors qu'ils feraient le plus grand bien au Paris Saint-Germain...

Evidemment, les premières conséquences sont celles du classement pour le PSG, dernier de sa poule après la première journée. Le match nul entre Naples et l'Etoile Rouge de Belgrade permet aux deux formations de devancer l'équipe de Thomas Tuchel. Et après avoir perdu la première manche face aux Reds, Paris devra à tout prix assurer ses prochains matchs face aux deux autres équipes du groupe afin de ne pas passer à la trappe, cette fois dès le premier tour...

Mes notes :

Liverpool : Alisson (5/10), Alexander-Arnold (6/10), Van Dijk (6/10), Gomez (6/10), Robertson (6/10), Henderson (6/10), Wijnaldum (6/10), Milner (8/10), Salah (6/10), Mané (7/10), Sturridge (6/10).

Paris : Aréola (5/10), Meunier (5/10), T. Silva (6/10), Kimpembé (5/10), Bernat (3/10), Marquinhos (3/10), Rabiot (5/10), Di Maria (4/10), Mbappé (4/10), Neymar (3/10), Cavani (2/10).


Photos : PSG.fr


0 vue

Partenaire principal

senseball blanc.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube