Interview d'Aurélien Tertereau : "Marquer mon premier but en Ligue 2"

#INTERVIEW - A 28 ans, Aurélien Tertereau a découvert le monde professionnel cette saison. Champion de National la saison dernière, il a participé au maintien du promu ruthénois en Ligue 2. Il revient sur cette saison et évoque ses envies futures.


Quel bilan fais-tu de ta première saison en Ligue 2 ?


Cela a été une bonne saison. Il a fallu s'adapter à un nouveau championnat mais on a pu surfer sur la dynamique de la saison dernière. Comme l'équipe, je me suis bien adapté à la Ligue 2 même s'il y a forcément eu des hauts et des bas car c'était une découverte. Il a fallu se mettre au niveau mais ça s'est bien passé.


Tu as disputé 23 rencontres de Ligue 2 pour cette première en professionnel. Es-tu satisfait ?


Je suis content même si on espère toujours jouer plus. Notre coach instaure un turnover afin de garder une certaine fraîcheur mais j'ai été un des joueurs qui ont le plus joué. Donc c'est une bonne première saison mais j'espère en jouer encore davantage dans le futur.


Comment expliques-tu le fait d'avoir découvert la Ligue 2 à 28 ans ?


C'est aussi un choix personnel. Quand je suis sorti du centre de formation du Mans à 19 ans, j'avais des opportunités pour partir à l'étranger, chose que je n'ai pas faite car j'ai préféré rester près de mes proches. J'ai ensuite rencontré ma femme et je ne voulais pas partir sans elle. J'ai commencé à vivre du football tard, on est partis sur Paris et j'ai évolué chaque année. Je suis parti à Fleury (N2), à Sannois (N1) puis à Rodez avec qui on est montés en Ligue 2 donc c'est une belle évolution. Pourquoi pas aller voir plus haut désormais.

Aurélien Tertereau sous le maillot de Rodez cette saison (Getty Images)

Ce parcours parfois compliqué en amateur peut-il être une force aujourd'hui ?


Complètement. Je pense que c'est une richesse d'avoir connu les différents niveaux du football français. Jouer en amateur permet de s'aguerrir pour le haut niveau. Depuis mes 18 ans, j'ai toujours énormément joué, j'ai été épargné par les blessures et on m'a toujours fait confiance donc j'ai aussi ce bagage d'avoir beaucoup de matchs derrière moi. J'ai joué en région parisienne des derbys parfois compliqués dans des équipes où il faut savoir s'imposer et mentalement ça m'a permis de franchir un palier, c'est certain.


Vous aviez très bien débuté la saison mais n'avez ensuite jamais réussi à retrouver cet élan. Pourquoi ?


On a eu un championnat en dent de scie. On a fait une grosse première partie de saison parce qu'on était sur la dynamique de la saison dernière. Il y avait une certaine confiance puisque le groupe était quasiment le même. Cela a été une de nos forces. Ensuite les équipes ont commencé à mieux identifier notre style de jeu, on a payé le fait de ne plus être nouveaux et les équipes se méfiaient davantage de nous. Sur la fin, on repartait sur une bonne dynamique puisqu'on a été battus à une seule reprise sur les huit derniers matchs. Même si on faisait beaucoup plus de nuls, on était moins naïfs sur des matchs qu'on aurait pu perdre en début de saison par manque d'expérience.


Justement, je voulais te parler de ton carton rouge reçu contre Châteauroux. Était-ce un manque d'expérience ?


Je ne sais pas si on peut qualifier ça d'un manque d'expérience. C'est peut-être plus de la bêtise qu'un manque d'expérience parce que j'ai quand même 28 ans, j'ai été confronté à des matchs bien plus houleux que celui que j'ai joué contre Châteauroux. C'est une réaction d'humeur que j'ai eue et que je n'ai pas à avoir sur un terrain, je m'en suis aperçu très vite. C'était une réaction inutile et bête que je ne referai pas.


Vous avez débuté la saison en jouant les matchs à domicile à Toulouse. Comment avez-vous vécu cette période ?


On l'a super bien vécue pour la simple et bonne raison que jouer dans un stade de Ligue 1 était une chance pour nous. Tout était fait pour qu'on s'y sente chez nous. Cela s'est très bien passé mais je pense qu'il était temps que ça se termine. Au niveau de la fatigue, c'est comme si on avait joué nos quatre premiers mois à l'extérieur car, même si Toulouse n'est pas très loin, on rentrait chez nous vers deux heures du matin. Si ça avait été toute une saison, je pense que la dynamique aurait été différente ensuite.


Quel souvenir gardes-tu de cette première saison de Ligue 2 ?


Mon meilleur souvenir, je dirais que c'est la première journée du championnat de Ligue 2. C'était mon premier match, qui plus est au Stadium. Il y avait une énorme attente pour nous car on ne savait pas où on mettait les pieds et beaucoup étaient inexpérimentés à ce niveau. L'excitation avant ce premier match restera le meilleur souvenir de la saison. En plus c'était une victoire donc elle a été marquante.


Vous êtes maintenus devant des équipes qui étaient mieux taillées sur le papier. Vous attendiez-vous à vous maintenir avec six points d'avance sur le barragiste ?


Non, on s'attendait à ce que ce soit compliqué. On n'avait pas beaucoup d'expérience, on avait le plus petit budget de Ligue 2 et tout le monde nous voyait faire un aller et un retour donc on savait que ce ne serait pas facile. La saison s'est effectivement vraiment bien passée. On n'a jamais été dans une situation délicate puisqu'on n'a jamais été relégable. Cela nous a aidé à avancer, puis les points pris en début de saison étaient des points qu'on n'avait plus à prendre. A nous de rééditer cela la saison prochaine, cette fois sur 38 journées.

Aurélien Tertereau sous le maillot de Rodez cette saison (Getty Images)

Tu es souvent considéré comme un numéro dix à l'ancienne même si tu évolues aussi à droite ou plus haut. Quel type de joueur es-tu ?


Je pense que j'ai été, surtout dans les années précédentes, un meneur de jeu très libre derrière les attaquants. J'aime construire le jeu, avoir le ballon et suis quelqu'un d'assez percutant avec une bonne qualité de passe et de centre. Je suis dans une équipe où il faut tout donner que ce soit offensivement ou défensivement donc j'ai aujourd'hui un profil un peu moins offensif. Je suis devenu plus polyvalent avec le temps, je peux aussi jouer en 8, sur un côté et il m'est aussi arrivé de jouer second attaquant. Je m'adapte et c'est aussi une de mes forces.


Le RAF est déjà actif sur le marché des transferts. Le club peut-il s'affirmer en Ligue 2 ?


L'objectif est de toute façon d'installer le club à ce niveau dans la durée. Pour le faire, il faut s'en donner les moyens et faire un recrutement assez malin mais aussi avec un peu d'expérience. Je pense aussi qu'on s'est aguerris cette saison et qu'on pourra hausser notre niveau de jeu la saison prochaine. En dehors du terrain, il faut encore se structurer et s'améliorer au niveau des infrastructures.


Quels sont tes objectifs pour la suite ?


Pour la saison prochaine, c'est de continuer à être performant, de jouer un maximum de matchs, d'être décisif et de marquer enfin mon premier but en Ligue 2. C'est quelque chose qui fait toujours plaisir donc j'espère que ça arrivera assez rapidement. Collectivement, le but sera de se maintenir encore plus aisément que cette année. Puis plus tard, j'ai encore l'envie de découvrir l'étranger donc je vais me donner les moyens de pouvoir réaliser mes objectifs.

Aurélien Tertereau sous le maillot de Rodez cette saison (Getty Images)

Je remercie Aurélien pour sa gentillesse, sa disponibilité et le temps qu'il ma accordé pour cet entretien.


528 vues

Partenaire principal

chez marcel blanc.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube