Interview de Florian David

#INTERVIEW - Formé à Toulouse, Florian David (27 ans) trouve enfin sa place dans le monde professionnel. Après avoir connu une trajectoire compliquée, il est le meilleur buteur du FC Chambly avec 5 réalisations en Ligue 2 cette saison.


Tu as été formé à Toulouse où tu n'as pas réussi à percer. Quel souvenir gardes-tu de ta formation ?


Je garde beaucoup d'enseignements parce que j'ai beaucoup appris en dix années passées là-bas. Ils m'ont éduqué en tant qu'homme et ils m'ont aussi appris beaucoup de choses sur le football. J'ai grandi grâce à ça donc je garde que du positif de ma formation.


Tu as connu une trajectoire assez difficile mais tu t'imposes aujourd'hui dans un club de Ligue 2. Ta carrière est-elle enfin lancée ?


Lancée je ne sais pas mais ce qui est sûr c'est qu'elle se lance petit à petit. C'est vrai que mon parcours est assez atypique mais je tiens le bon bout.


Pour te relancer après Toulouse, tu es notamment passé par la sélection UNFP. As-tu pensé à arrêter le football ?


Non, jamais. Je n'ai jamais pensé à sortir du circuit car je ne suis doué que pour ça donc ça me tenait vraiment à cœur de rebondir et je n'ai pas baissé les bras même si les opportunités étaient réduites à ce moment-là.


Qu'est-ce qui t'a permis de continuer à croire à une carrière de footballeur ?


La motivation, la famille puis, comme je le dis, je ne suis doué à rien d'autre qu'à jouer au football ou en tout cas c'est ce que je sais faire de mieux. Et avec le travail, j'ai réussi à signer un deuxième contrat professionnel et à revenir au haut niveau.

Crédit : Eric CREMOIS

Pour te relancer, tu es passé par Grenoble puis tu as été prêté à Rodez. Est-ce ce prêt qui t'a permis de te révéler au haut niveau ?


Pour moi c'est clairement cette saison-là. J'ai réussi à faire une très belle saison sur le plan statistique et aussi sur le plan collectif avec la montée et le titre de champion de National en fin de saison. C'est cette saison qui m'a permis de me révéler.


Qu'avais-tu changé dans ta façon de jouer pour réussir enfin à réaliser une aussi bonne saison ?


Je pense que c'est dans les efforts que je fais sur le terrain. Avant de rencontrer le coach de Rodez, je n'avais pas la notion des efforts à fournir sur un terrain car je ne jouais que les coups offensifs et lui m'a vraiment appris à faire les deux : attaquer et défendre. C'est ce qui m'a permis de progresser et de pouvoir m'imposer dans cette équipe.


Cette saison, vous évoluez dans deux stades différents pour vos rencontres à domicile (Stade Charléty et Stade Pierre-Brisson, N.D.R). Comment vivez-vous cette situation ?


C'est compliqué parce qu'on n'est jamais vraiment chez nous. Mais on sait qu'on ne peut pas faire autrement alors on accepte la situation. Maintenant, on sait qu'on a eu de meilleurs résultats à Charléty qu'à Beauvais mais je ne saurais pas expliquer pourquoi. Ce n'est pas évident mais on s'adapte.


Le fait de jouer devant moins de monde que si vous receviez à Chambly a-t-il une incidence sur votre jeu ?


ll y avait moins de supporters pour nous soutenir à Charléty et pourtant on a quand même réussi à gagner les matchs. A Beauvais on est assez bien soutenus, on est encouragés par le public qui nous pousse mais on n'arrive pas forcément à avoir toujours de bons résultats donc on ne comprend pas trop.


En première partie de saison, tu figurais aux côtés de Messi et Mahrez au classement des meilleurs buteurs sur coup-franc direct (3). Quelle a été ta réaction lorsque tu as vu cette statistique ?


Ça fait plaisir pour moi et surtout pour la famille. On est un peu médiatisés mais cela reste des statistiques. L'important c'est de confirmer, comme ces joueurs le font, sur la durée et il faut que j'essaie de le faire.

Crédit : Eric CREMOIS

Vous affrontez ce vendredi l'AS Nancy-Lorraine qui vous avait battus 3-0 au match aller. Un sentiment de revanche vous anime-t-il avant ce match ?


Bien-sûr, il y a un sentiment de revanche dans le sens où on aura envie de faire un meilleur match qu'à l'aller. On a envie de le faire pour nous mais aussi pour les supporters car le match se jouera à domicile et on sait que le maintien passera par des victoires à domicile. Donc on est vraiment motivés pour faire mieux qu'au match aller.


Une victoire vous permettrait de dépasser la barre symbolique des 30 points en seulement 26 rencontres. Selon toi, serait-ce une grande part du maintien qui serait acquise en cas de succès ?


Dépasser la barre des 30 points est très important dans la division et ça nous donnerait beaucoup de motivation pour le sprint final. Ce serait évidemment significatif mais ça ne serait pas une fin en soi, on doit continuer pour atteindre la barre des 40 points et assurer le maintien.


Tu évoques les 40 points nécessaires pour se maintenir. Vous êtes-vous fixé des objectifs sur certains matchs pour les obtenir ?


On s'est fixé d'y arriver le plus rapidement possible. On ne s'est pas dit qu'on devait être maintenus obligatoirement dans cinq matchs par exemple. On sait que ça sera compliqué mais le plus vite sera le mieux.


Vous comptez toujours six points d'avance sur le barragiste et vous n'avez toujours pas connu la zone de relégation cette saison. Vous attendiez-vous à vivre ce type de saison ?


Ça reste quand même une saison difficile. On a eu la chance de bien débuter mais on a eu un gros coup d'arrêt auquel on ne s'attendait pas. Mais je pense que si on nous avait dit qu'on vivrait ce scénario en début de saison, on aurait tous signé. On est tous contents mais il faut acquérir le maintien pour être vraiment satisfait de notre saison.

Crédit : Eric CREMOIS

En début de saison, on aurait pu vous voir comme la bonne surprise de la saison puis vous avez connu un trou d'air de plusieurs matchs. Comment expliques-tu cette mauvaise période ?


Certainement par la fatigue. Peut-être par la difficulté du calendrier aussi puisqu'on a d'abord rencontré les équipes de la seconde partie de tableau puis ensuite les plus grosses équipes contre lesquelles il était plus compliqué de faire des résultats.


Tu es un joueur polyvalent capable de jouer dans l'axe et sur le côté droit. Quel est ton poste préféré ?


Mon poste préféré, je pense que ça reste dans l'axe avec un deuxième attaquant. C'est là où je me sens le mieux et où je suis le plus susceptible de marquer puisque je suis plus proche du but.


Tu as inscrit 5 buts cette saison en championnat. Es-tu satisfait de ta saison à titre personnel ?


Oui et non. Oui dans le sens où, pour une première saison en Ligue 2, c'est déjà pas mal. Mais pas non plus pleinement satisfait parce que je veux doubler mon nombre de réalisations. Je sais que ça va être compliqué parce que les matchs de deuxième partie de saison ne sont pas du tout les mêmes qu'en première partie. Mais je me suis fixé l'objectif d'atteindre la barre des dix buts et pour ça il va falloir que je sois plus tueur devant le but car on n'a pas beaucoup d'occasions donc il faut marquer celles que j'ai.


Quels sont tes objectifs sur le long terme ? Retenter ta chance en Ligue 1 est-il un objectif pour toi ?


J'ai 27 ans et je n'ai jamais réussi à sauter les étapes. J'ai connu une maturité assez tardive donc viser la Ligue 1 tout de suite ne serait pas cohérent vis à vis de mon expérience et de mon passé. Je voudrais vraiment m'imposer et me faire une identité en Ligue 2 pour pouvoir ensuite pourquoi pas accrocher un contrat en Ligue 1.

Crédit : Eric CREMOIS

Je remercie Florian pour sa disponibilité et M. Malovry pour m'avoir permis de réaliser cette interview.

189 vues

Partenaire principal

senseball
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube