Interview de Jérémy Mellot

#INTERVIEW - Passé par Clermont et Saint-Etienne, Jérémy Mellot a longtemps patienté avant d'avoir sa chance dans le monde professionnel. Élu meilleur latéral droit de National en 2019 avec Rodez, il s'est imposé cette saison à l'EA Guingamp en Ligue 2.


Comment vis-tu ce confinement et comment t'occupes-tu ?


Pour le moment, tout va bien. Je suis rentré en famille et j'occupe mes journées en faisant du sport deux fois par jour. J'essaie de m'occuper l'esprit.


Quelle partie du foot te manque le plus ?


Déjà, jouer au foot. On va dire que le plus dur est de ne pas pouvoir retrouver les coéquipiers tous les matins pour aller s'entraîner.


Comment fais-tu pour garder la forme ?


Le préparateur physique du club nous envoie un programme par semaine. Mais moi j'ai un préparateur physique qui vient tous les jours pour m'entraîner. J'essaie de travailler deux fois plus pour revenir en forme et ne pas perdre ma condition physique.


Sais-tu quand vous allez reprendre l'entraînement ?


Pour l'instant, je n'ai pas eu de nouvelle. On attend le déconfinement le 11 mai pour savoir si on pourra reprendre rapidement ou s'il faudra attendre encore un peu. Pour le moment la Ligue n'a pas pris de décision concernant la reprise du championnat donc on attend.


Certains joueurs -Manu Perez (RC Lens) le dernier en date- ont défendu l'idée que reprendre ne devait pas être une priorité si toutes les conditions sanitaires n'étaient pas réunies. Partages-tu cet avis ?


Bien-sûr parce que la santé est très importante pour nous, sportifs, et également pour tout le monde. Il faut d'abord prévoir les conditions de santé avant de reprendre les matchs et les entraînements parce qu'on peut vite attraper le virus. Sans que tout soit positif pour reprendre dans les meilleures conditions, il faut continuer à attendre car la santé est plus importante que tout.


Si on vient à reprendre sans supporter, te vois-tu finir la saison à huis-clos ?


Un huis-clos n'est jamais une bonne chose. S'il faut reprendre à huis-clos on le fera même si on préfère quand les supporters sont présents. Ce qui est beau dans le football, c'est quand il y a de l'ambiance alors jouer à huis-clos est un peu triste.


Tu n'as été conservé ni par Clermont ni par Saint-Etienne mais tu as fini par découvrir le monde pro cette saison. Est-ce une revanche ?


Oui. A Clermont, il me restait une année de contrat. Je suis parti de moi-même parce que j'avais l'opportunité d'aller à Saint-Etienne. A Saint-Etienne, cela ne s'est pas non plus passé comme prévu. Alors oui, c'est une revanche sur moi-même et sur certaines personnes car je leur ai montré que je n'avais rien lâché et que j'ai toujours continué de travailler. C'est une grosse revanche et je remercie Rodez de m'avoir relancé et de m'avoir fait confiance car c'est un peu grâce à eux que j'en suis là aujourd'hui.


Tu a été élu meilleur latéral de National la saison dernière et tu es aujourd'hui titulaire à ce poste en Ligue 2 pourtant tu es milieu de formation. Es-tu définitivement défenseur ou espères-tu un jour rejouer plus haut ?


Le poste de latéral droit est un poste qui ne me plaisait pas au début. Mais avec le temps et au fur et à mesure des matchs, j'ai beaucoup appris. Et maintenant le poste de latéral est vraiment spécifique : on ne fait pas que défendre, on attaque aussi donc il faut être complet et c'est ce qui me plaît dans ce poste-là. Aujourd'hui je suis un vrai latéral, j'ai encore certaines choses à apprendre pour être encore meilleur mais pour l'instant je ne me revois pas au milieu de terrain.


A ton arrivée, tu étais en concurrence avec Cheick Traoré et tu as finalement disputé 26 matchs sur 28 en championnat. Peut-on considérer que tu t'es imposé comme un "vrai joueur de Ligue 2" ?


J'étais en concurrence avec Cheick mais c'était une concurrence très saine, il m'a donné quelques conseils. Pour lui, cela ne s'est pas passé comme il l'aurait voulu avec le nouveau coach. Ensuite, j'ai fait une bonne saison mais je n'ai encore rien prouvé donc il faut continuer.


Tu avais notamment signé pour le discours de Patrice Lair. Comment as-tu vécu son départ ?


Pour moi, c'était une situation nouvelle car je n'avais jamais connu de licenciement d'entraîneur. Je l'ai remercié de m'avoir fait confiance et de m'avoir fait jouer. Après la décision n'était pas la mienne, la président en a décidé autrement et moi j'ai essayé de continuer de faire des performances avec le nouveau coach (Sylvain Didot, ndr). Mon style de jeu lui a plu alors j'ai continué sur ma lancée.


Lorsque tu es arrivé à Guingamp, tout juste relégué, l'objectif était de remonter rapidement. L'objectif n'est donc pas atteint ?


Non, l'objectif n'est pas atteint. Il y a eu beaucoup de soucis sportifs avec le changement d'entraîneur, ça n'a pas pris tout de suite. Il y a également eu le décès d'un de nos coéquipiers qui nous a affecté. On sait très bien que quand un club descend de Ligue 1, la saison d'après est compliquée et ça l'a été pour nous. On va essayer de revenir plus fort l'année prochaine.


T'attendais-tu à ce type de saison (8e) en rejoignant un prétendant à la montée ?


Je ne connaissais pas le niveau de la Ligue 2 mais je savais qu'il y avait de gros joueurs à Guingamp donc je pensais que ce serait plus facile. Mais on voit que la Ligue 2 est un championnat difficile, qu'il faut toujours être à fond pour gagner. Même les équipes "moins fortes" sur le papier peuvent battre des grosses équipes. En Ligue 2 il faut toujours être au top et on ne l'a pas été cette saison.


Quel bilan (provisoire) fais-tu de ta première saison en Ligue 2 ?


Personnellement, je suis satisfait de ma première saison. On peut toujours mieux faire mais pour des débuts, je peux dire que je suis satisfait.


Un mot sur Rodez, ton ancienne équipe qui est bien partie pour se maintenir. Suis-tu toujours tes anciens coéquipiers et quel regard portes-tu sur leur saison ?


Bien-sûr, je les suis toujours. J'ai des contacts avec toute l'équipe donc je garde évidemment un œil sur eux. Je sais qu'ils vont réussir à se maintenir car c'est une équipe très compliquée à jouer. Ils savent d'où ils viennent, ils font un recrutement intelligent et le style de jeu fonctionne très bien donc pour moi il n'y a pas de surprise.

Merci à Jérémy pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Partenaire principal

senseball blanc.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube