Interview de Ludovic Gamboa : "Lille est une équipe très intéressante"

#Interview - Du haut de ses 170 matchs de Ligue 2, Ludovic Gamboa (35 ans) a retrouvé le monde amateur cet été en rejoignant le Gazélec Ajaccio (N2). Le club corse affronte Lille, leader de Ligue 1, dimanche en 16e de finale de Coupe de France.


Comment abordez-vous ce match face au LOSC ?


C’est une grosse affiche. On a la chance d’affronter le leader du championnat. C'est ce qui se fait de mieux en France actuellement. C’est une équipe qui est devant Paris et Lyon, ce qui est révélateur à ce moment de la saison. Sur le plan collectif, on a tous hâte de jouer ce match. Cela va permettre à beaucoup de se confronter au plus haut niveau, notamment les jeunes. C’est une très belle affiche à jouer.


Quelle a été la réaction du groupe au moment du tirage ?


Je trouvais qu’on était dans un groupe qui n’était pas simple (Lille, Lens, Metz, Valenciennes, Beauvais, Boulogne, Red Star, ndr). Les « petits clubs » étaient au mieux des équipes de notre division donc il n’y avait pas de réel intérêt. On était à l’aéroport au moment du tirage et on était heureux, surtout parce qu’on a la chance de recevoir.


Comment se passe la préparation pour ce match dans ce contexte particulier ?


On s’entraine normalement, dans la continuité de ce qu’on fait depuis le mois de janvier avec les matchs de Coupe. Avec les matchs le dimanche, on a des semaines assez longues donc on peut bien bosser tactiquement et physiquement. On le prépare comme les autres matchs même s'il y avait peut-être un peu plus de rigueur cette semaine car on sait que c’est un très grosse affiche qu'on a une infime chance de remporter. Il faut mettre toutes les chances de notre côté car on a 1 ou 2% de chance de passer.


Au cours de ce début d’année 2021 où vous n’avez que la Coupe de France à jouer, l’engouement est-il le même ?


C’est différent avec le contexte actuel. Depuis janvier, notre espoir de rejouer passe par la Coupe de France donc on s’est rattachés à ça en se disant chaque weekend « si on passe ce tour, on rejouera dimanche prochain ». Le format spécial fait qu’on est en 16e de finale sans avoir joué une seule équipe de notre division. Cela nous a avantagés mais il fallait passer les tours, la preuve on a été deux fois aux penalties.

Ludovic Gamboa sous le maillot corse (Crédit : http://gfca-foot.com)

Toi qui as joué plus de 210 matchs professionnels, quel rôle joues-tu dans l’approche d’un tel match auprès d’un groupe ajaccien assez jeune ?


Dans la préparation du match, c’est le staff qui met des choses en place. C’est lui qui a regardé des vidéos de Lille et qui nous met en alerte sur certaines choses. En tant qu’ancien, on a plus un rôle de « conteur » : on raconte nos parcours, notre expérience. J’ai fait une demi-finale avec Angers en étant en Ligue 2 et en gagnant des matchs laborieux alors on raconte cette expérience personnelle qui peut servir au groupe.


Dans ta carrière, tu as souvent été dans l’équipe favorite face aux clubs amateurs. Dimanche, les rôles seront inversés face à Lille.


Oui, ça change. Les deux parcours que j’ai faits étaient dans le cursus professionnel avec des clubs pros. J’ai joué et sorti des Ligue 1 dans ma carrière mais avec des clubs de Ligue 2 donc les exploits n'étaient pas de la même ampleur. Pour ma part, c’est un peu différent mais en tant que passionné, c’est quelque chose de très alléchant et excitant.


Quel regard portes-tu sur l’équipe lilloise ?


C’est une équipe très intéressante et régulière. Ils avaient déjà fait une grosse saison qui leur avait permis de jouer la Ligue des Champions. Ils ont un effectif homogène, ils ont du nombre, et en tant que joueur offensif, je trouve leur arme offensive intéressante avec des joueurs qui se projettent très vite. De part mes origines portugaises, je regarde beaucoup Fonte ou Renato Sanches qui est mon coup de cœur. C’est un joueur que j’adore et je trouve que son plan de relance à Lille fonctionne très bien.


Justement, chez les plus jeunes joueurs du Gazélec, sens-tu une attente particulière de jouer face à des joueurs comme Sanches, champion d’Europe avec le Portugal notamment ?


Il y a une attente mais ce qui est intéressant est leur coté insouciant. C’est quelque chose que j’aime bien car ça va aller dans les deux sens : il y a des joueurs qui vont prendre une claque et d’autres qui sortiront peut être leur épingle du jeu et verront qu’ils ne sont pas ridicules face à une telle équipe. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui se rendront aussi compte de la différence qu’il peut y avoir entre ces joueurs-là et nous.


Ce genre d’affiche de Coupe de France a-t-elle la même saveur à huis-clos ?


Lors des tours précédents, on a joué des équipes inférieures et à part le match contre Saint-Brice (0-1), aucun match ne s’est transformé en match piège avec cette atmosphère Coupe de France. J’ai joué des matchs avec des équipes de Ligue 2 contre des clubs amateurs où on est passés à l’arrache, aux tirs au but, et il y avait cet engouement particulier qui respirait la Coupe de France. Cette saison, on ne sent pas cet engouement et cela jouera malheureusement contre nous dimanche car le Gazélec est un club populaire. En période « normale », le stade aurait été rempli et il y aurait eu une ambiance qui, quelque soit le résultat, aurait laissé un souvenir positif aux joueurs. Jouer un tel 16e de finale de Coupe de France chez soi sans public, c’est dommage.


Toi qui redescendais à l’échelon amateur, comment vis-tu ce manque de matchs dans cette saison particulière ?


Malheureusement, on ne pouvait pas être préparé. Je suis parti de Dunkerque sur une montée en Ligue 2 et j’ai retrouvé ici un projet qui était intéressant qui m’a convaincu de venir. Le début de saison et la préparation se sont bien passés et malheureusement les décisions sanitaires nous ont coupé l’herbe sous le pied. Je ne suis pas devin mais si la saison se termine, je me retrouverai à avoir remis les pieds en N2 dix ans après pour huit ou neuf matchs de championnats. Ce serait regrettable mais c’est quelque chose que je ne maitrise pas.

Ludovic Gamboa sous le maillot corse (Crédit : http://gfca-foot.com)

Gazélec Ajaccio - Lille OSC, dimanche 7 mars, 18h30

Partenaire principal

chez marcel blanc.png
© Le Petit Reporter Foot depuis septembre 2014
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube