Interview de Dominique Séverac : "C'est un club qui peut faire des matchs stratosphériques"

Mis à jour : avr. 6

[interview réalisée vendredi avant Paris-Lille]


#INTERVIEW - A la veille du quart de finale aller entre le Bayern et Paris en Ligue des Champions, j'ai échangé avec Dominique Séverac, journaliste pour Le Parisien qui suit quotidiennement le club de la capitale et intervient également sur La Chaîne L'Equipe et RTL.


Paris est à la lutte pour le titre et affronte le Bayern en Ligue des Champions. Redoute-t-on au club de ne gagner ni le championnat ni la C1 ?


C’est évidemment une crainte qu’ils ont mais pas encore à ce stade de la saison. Il y a ce risque qui trotte dans un coin de la tête mais ils sont plutôt à imaginer qu’ils vont taper le Bayern et être champions. Quand ils sont allés à Lyon, ils se sont dit qu’ils allaient accélérer pour gagner et ils l’ont fait. Ils vont affronter le Bayern avec la volonté de gagner et ils pensent qu’ils ont une chance. Et je pense que c'est aussi une idée qu'ont voulu installer les dirigeants en changeant de coach en janvier avec Pochettino. Ils ont voulu montrer qu'il n'y a rien d'impossible et dire « Ne vous laissez pas abattre, on est allés en finale une fois alors on pourra y aller une deuxième fois ».


Vous suivez le PSG au quotidien. Observez-vous une montée en puissance dans ce sprint final ?


Disons qu’on a retrouvé ce qui faisait la force du Paris Saint-Germain depuis au moins 2012. Ils en avaient parlé ensemble et, quand ils ont ciblé un match en France, généralement, ils le gagnent. En coupe d'Europe, ils n'ont pas à cibler car ils savent que ce sera difficile que ce soit contre Barcelone, le Bayern ou n'importe quelle équipe. Mais ils avaient ciblé Lille en Coupe de France et Lyon en championnat et, en général, quand ils sont dans cet état d'esprit, ils ne passent pas à côté.

Paris a aussi perdu des points contre Lorient, Monaco ou Nantes.


Malheureusement, il y a des matchs comme ça où la concentration n’est pas là ils pensent que ça va être facile. Ils menaient contre Lorient et Nantes mais ce sont des matchs où ils ne font pas d’effort. Il y a aussi parfois des contextes particuliers : à Monaco ils ont un but refusé alors qu’il était valable donc ça aurait dû faire 3-0 à la mi-temps et c'est un match qu'ils auraient certainement gagné. Au-delà de ça, ce sont des matchs où ils n’ont pas mis ce qu’il fallait. Et dans le football, on a beau être le PSG, on est punis quand on ne met pas les ingrédients nécessaires.


Pensez-vous que Paris ait progressé depuis la finale perdue contre le Bayern lors du Final 8 ?


Plutôt oui. On a vu avec Tuchel que, quand il fallait sortir de la poule et faire un grand match contre Manchester United, ils sont là. On ne voit pas de grande différence avec Pochettino mais je trouve que quand c'est bien, c'est vraiment bien et c'est au-dessus de ce qu'on voyait avant. Les matchs à Barcelone et à Lyon pendant une heure sont vraiment au-dessus de ce qu'on voyait ces dernières années. Quand il accélère, c'est un club qui peut faire des matchs stratosphériques. Les matchs de Manchester, Barcelone et Lyon sont trois énormes matchs et il y en a deux avec Pochettino donc je me dis qu'il se passe quand même quelque chose avec lui.


Bernat sera absent alors qu’il avait été l’un des meilleurs du Final 8. Ne serait-il pas la plus grande perte du PSG cette saison ?


Oui. Bernat est une super recrue, qui a été achetée pour cinq millions d'euros. Antero Henrique avait recruté un joueur qu'on disait souvent blessé et avec un niveau incertain. Et évidemment que Kurzawa n'est pas de ce niveau-là et que Bakker n'a même pas le niveau de la Ligue 1. Heureusement, il y a quand même une trouvaille avec un nouvel Abdou Diallo. Il est formé en défense centrale mais force est de constater qu'il a fait une très bonne rentrée contre Barcelone. On va dire qu’il faut encore passer 4 matchs pour aller en finale et que pour ces 4 matchs on peut faire avec Abdou Diallo. Ce n’est pas génial mais on peut l’envisager.


Un peu comme Kehrer lors du Final 8 ?


Oui et c’est rare d’avoir onze cracks dans une équipe. Ils ont déjà un gardien exceptionnel, deux joueurs au-dessus de la moyenne qui sont Mbappé et Neymar, quelques très bons joueurs comme Verratti quand il n'a pas le Covid, Marquinhos et Kimpembe tiennent la route... Il y a toujours des faiblesses dans une équipe. Florenzi n'est pas génial, Icardi non plus. On ne peut pas avoir les onze meilleurs joueurs du monde à leur poste.


Neymar revient enfin en Ligue des Champions. Peut-il être le facteur X de la double confrontation contre le Bayern ?


C’est génial qu’il revienne à ce moment car il a envie de prendre sa revanche sur la finale de 2020 qui l’a très énervé et, comme il n’a pas participé à Barcelone et que d’autres en ont profité pour prendre la lumière, il a très envie de montrer qu’il est le boss de cette équipe et l’un des meilleurs joueurs du monde. Il va avoir une envie folle et il ne faudra pas que cela se transforme en une envie individualiste. Il ne sera pas à 100% mais ça suffira pour faire quelque chose de pas mal. Il va avoir envie de tout casser alors évidemment qu’il sera un facteur X.


Il ne sera pas à 100% mais j’ai par exemple le souvenir d’une finale de Coupe de France contre Rennes où il avait été largement au-dessus du lot malgré trois mois d’absence.


Effectivement, mais depuis la finale contre Rennes il a pris deux ans de plus et il a connu d’autres blessures. Il s’entraine bien, il récupère bien depuis qu’il est blessé mais ce qui s’est produit ce jour-là ne peut pas se produire à chaque fois. Il peut effectivement être le meilleur mercredi mais j’ai un doute sur le fait qu’il se blesse tellement souvent qu'il ne pourra pas faire cent fois la même chose.


Paris récupère son numéro 10 pendant que son adversaire perd son meilleur joueur. C’est tellement rare que ça aille dans ce sens avec le PSG version QSI…


J’ai presque peur d'en parler parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver avec Paris d’ici le match de mercredi. Mais sinon, je dis toujours que c’est une équipe qui gagne une compétition. Si on prend l’Equipe de France championne du monde, Varane ou Mbappé ont été exceptionnels mais c’est une équipe. C’est d’ailleurs pour ça qu’aucun n’a été Ballon d’Or parce que les votants n’ont pas réussi à choisir entre Griezmann, Varane, Mbappé, Pogba… D'accord, Lewandowski n’est pas là et Neymar sera présent mais ce n’est pas ça le foot. Les grands matchs appartiennent aux grands joueurs, c’est vrai. Mais on ne gagne rien sans une équipe. Mbappé est exceptionnel à Barcelone parce qu’il y a une équipe derrière à son service et qu’il a fait le job. Si Neymar veut tout faire tout seul mercredi, ça ne marchera pas. Il marquera peut être un but extraordinaire tout seul, mais ça ne marchera pas sur 90 minutes. Sur le retour contre Barcelone, c’est un homme qui les a sauvés car l’équipe était perdue. Ça peut arriver mais Navas ne pourra pas les sauver à chaque tour. Tu peux parfois être moins fort mais si tu te comportes en équipe tu as une chance de passer. J’ai trouvé qu’à Barcelone Mbappé et Kean ont été exceptionnels. Mercredi, ça peut être Neymar et un autre.


Verratti est forfait et Paredes suspendu. A quel milieu de terrain peut-on s’attendre voir débuter contre le Bayern ?


En l’état actuel, Danilo, Rafinha et Herrera peuvent jouer. De toute façon, il n’y a pas beaucoup de choix. Devant, ce seront peut-être Kean, Neymar et Mbappé avec Di Maria sur le banc. Je pense qu’il faut de toute façon en sacrifier un des quatre devant et comme on ne peut enlever ni Mbappé ni Neymar et que Kean est très bon en ce moment, j'enlève Di Maria. Au milieu, à Danilo, Herrera et Rafinha de courir ! L’idéal sera de toucher rapidement Mbappé ou Neymar en transition rapide mais il faut quand même des joueurs qui défendent. Kean va défendre mais pour les deux autres devant, c'est moins sûr.


178 vues0 commentaire

Partenaire principal

chez marcel blanc.png
© Le Petit Reporter Foot depuis septembre 2014
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube