Lens battu sur le fil à Nice (2-1)

#LIGUE1 - Pour son retour dans l'élite, le RC Lens s'est incliné sur la pelouse de l'OGC Nice. Pourtant dominés et peu inspirés offensivement, les Aiglons ont arraché un premier succès à domicile grâce à Amine Gouiri (2-1).


Occasion manquée. Paradoxalement, c'est le Racing Club de Lens qui peut nourrir des regrets ce soir. De retour dans l'élite du football français après cinq ans d'absence, le Racing arrivait sur la Côte d'Azur dans la peau de l'outsider puisqu'en face, c'est une équipe qualifiée pour la Ligue Europa qui accueillait les Lensois. Face au cinquième du dernier championnat de Ligue 1, les Sang & Or s'attendaient donc à une première difficile cette saison. Pourtant, face à l'équipe de Patrick Vieira privée de Youcef Atal et Rony Lopes, les Artésiens ont fait jeu égal., se créant même les meilleures occasions. Les coéquipiers de Yannick Cahuzac, capitaine du promu, ont même pris rapidement les devants grâce à Gaël Kakuta sur penalty. Mais ensuite, Lens a payé ses rares erreurs défensives, laissant Amine Gouiri inscrire un doublé.


Le match


Dans un 3-4-1-2 avec Gaël Kakuta en leader technique, Lens joue haut d'entrée et répond présent dans les duels. Dominateurs dans l'état d'esprit et l'engagement, les Lensois font le début de match qu'il faut et empêchent le Gym, qui évolue à trois au milieu, de faire le jeu. Nice est bousculé, subit et fait des erreurs. Sur une première frappe de l'ancien aiglon Ignatius Ganago, le Brésilien Dante contre le ballon de la main. L'arbitre laisse jouer mais désigne, après avoir revu les images, le point de penalty en faveur des Artésiens. Revenu cet été à Lens, son club formateur, Gaël Kakuta prend ses responsabilités et prend Walter Benitez à contre-pied (0-1, 10'). Petite sensation à l'Allianz Riviera : le Racing mène et c'est mérité. Offensif, Lens parvient à trouver des espaces dans le dos de la défense niçoise et ne se prive pas pour se montrer dangereux. Trouvé sur le côté droit, Florian Sotoca adresse un centre presque parfait au second poteau à destination d'Igniatus Ganago qui rate le cadre de près (21'). Un raté qui n'est pas sans rappeler celui de Raheem Sterling contre Lyon en Ligue des Champions...

La joie lensoise après l'ouverture du score (Getty Images)

Peu inspiré, Nice est en difficulté face à un promu qui en veut plus. La formation de Patrick Vieira s'en remet à Alexis Claude-Maurice et Amine Gouiri qui essayent d'apporter le danger dans l'arrière-garde lensoise par des exploits individuels. Et heureusement car un exploit individuel, c'est ce qui permet au Gym de recoller dans les minutes qui suivent le loupé lensois. Trouvé par son compère de couloir Hassame Kamara, Amine Gouiri se met sur son pied droit et trompe Jean-Louis Leca d'une magnifique frappe du droit (1-1, 23'). Avec l'aide de la barre transversale, celui dont le départ est toujours regretté des supporters lyonnais remet les siens dans le bon sens. Rejoints au score, les hommes de Franck Haise n'abdiquent pas et sont proche d'obtenir un deuxième penalty. Sur un corner venu de la droite, Alexis Claude-Maurice dévie le ballon de la main alors qu'il allait en direction de Ganago. Si ça parait davantage flagrant que la première fois, l'arbitre n'accorde pas de penalty après visionnage des images (27'). Les Niçois semblent mieux dans leur partie après l'égalisation. Mais appliqués, les Lensois rentrent aux vestiaires avec le match nul.


Le retour en seconde période est plus compliqué pour les Lensois, bien en place pendant 45 minutes. A l'image de Yannick Cahuzac rapidement averti, les Sang & Or sont plus loin du porteur du ballon et sont plus souvent en retard, subissant davantage dans l'entre-jeu. Malgré tout, Nice ne se montre pas dangereux et c'est même Lens qui est proche de reprendre les devants. Sur un corner frappé par Kakuta, Andy Pelmard est tout près de tromper son propre gardien (66'). Quelques minutes plus tard, entré en cours de jeu, Simon Banza se procure la plus grosse opportunité de la deuxième période. Trouvé dos au but dans la surface niçoise, l'attaquant formé à Lens se défait de Pelmard avant de se présenter face à Benitez qui remporte le duel (70'). Les Lensois se rapprochent d'un deuxième but alors que Nice ne se montre pas plus inquiétant. Et alors qu'ils sont bien en place, ce sont les Artésiens qui offrent une cartouche au Gym. Après une relance rapide de Jean-Louis Leca qui lui arrive dans le dos, Facundo Medina se retrouve en difficulté et perd le ballon plein axe. Amine Gouiri, qui n'a pas beaucoup tiré au but, ne se fait pas prier pour transformer cette magnifique opportunité en but. Après avoir fixé Jonathan Gradit qui défend en reculant, l'ancien Gone enroule sa frappe dans le but de Leca qui s'était mal replacé (2-1, 75'). Grosse erreur de la défense lensoise qui avait pourtant été irréprochable jusqu'à maintenant.

Amine Gouiri a porté un Nice peu inspiré vers la victoire (Getty Images)

Sérieux, appliqué, solide et bien en place tactiquement, Lens offre la victoire aux Niçois sur un plateau. Malgré une occasion de Loic Badé de la tête dans les derniers instants (90'), Lens laisse passer l'occasion de réaliser une première belle opération en ne profitant pas de la mauvaise prestation des Aiglons. Une défaite frustrante pour lancer la saison à une semaine de recevoir Paris à Bollaert-Delelis... De son côté, Nice a déçu dans la production du jeu. Attendus supérieurs et dominateurs, les Niçois se sont laissés manger dans le duels par un promu et peuvent remercier Amine Gouiri, l'une des rares satisfactions de l'après-midi. Une prestation qui n'est pas encore digne d'une équipe européenne, bien que privée d'Atal et Lopes, deux éléments offensifs importants.


Mes notes :


OGC Nice : Benitez (6/10), Lotomba (4/10), Bambu (n.n) puis Pelmard (4/10), Dante (4/10), Kamara (6/10), Schneiderlin (5/10), Thuram (4/10), Lees-Melou (6/10), Gouiri (8/10), Claude-Maurice (4/10), Dolberg (3/10).


RC Lens : Leca (/10), Michelin (5/10), Gradit (5/10), Badé (7/10), Medina (5/10), Boura (5/10), Doucouré (5/10), Cahuzac (5/10), Kakuta (7/10), Ganago (4/10), Sotoca (4/10).

Ignatius Ganago n'a pas marqué face à son club formateur (Getty Images)

143 vues

Partenaire principal

senseball blanc.png
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube