Ludovic Duchesne (Canal+) : "Lens va faire du bien à la Ligue 1"

#INTERVIEW - Le journaliste pour Canal+, qui suit notamment la Ligue 2 pour la chaîne, revient sur les montées de Lorient et de Lens qu'il juge méritées. On parle également des décisions prises par la Ligue dont il n'est pas satisfait.

Vous commentez la Ligue 2 pour Canal+, que pensez-vous des montées de Lorient et Lens ?

Deux parcours assez différents mais les deux s'en sortent finalement de justesse. Lorient avait beaucoup de points d'avance mais n'était pas dans une bonne dynamique avant la pandémie. Lens a également eu un gros coup de moins bien mais s'est repris. Cela ne s'est pas joué à grand chose mais sur le potentiel des clubs, je trouve normal qu'ils montent même si ce que fait Ajaccio avec ses moyens est incroyable. Lens est un grand club français et Lorient a une vraie tradition de football. Ce sont des clubs qui parlent, qui sont liés à l'histoire du foot français. Lens, c'est son ambiance, c'est Bollaert. Il faut y aller pour voir ce que c'est. J'en ai vu des matchs en Ligue 2 où il y aurait eu normalement 3 000 spectateurs mais à Lens c'est 25 000 donc c'est magique. Lens va faire du bien à la Ligue 1. J'ai un petit regret, c'est que Lens ne monte pas avec Philippe Montanier car je trouve qu'il avait les clés pour faire remonter le club. J'ai regretté qu'il se soit fait limogé après deux défaites, c'est dommage. De l'autre côté, Pélissier est un grand entraîneur. Il avait déjà fait monter Luzenac en Ligue 2 et Amiens en Ligue 1. Je pense qu'il est tout simplement l'un des meilleurs entraîneurs français. Il le montre car, en Ligue 2, même si vous avez un budget important, ce n'est pas facile de monter.


Vous qui avez suivi Lorient cette saison, le club fait-il un beau champion de Ligue 2 ?


Oui, c'est un très beau champion. Ils ont tout ce qui faut : un jeu attrayant, une culture du football qu'ils n'ont pas perdue. Et même si cela n'a rien à voir avec Lens, c'est aussi une atmosphère particulière. On est dans le Morbihan, il pleut souvent, mais c'est l'ambiance de Lorient. Là aussi il y a de l'ambiance car les gens aiment le foot, c'est un club qui a gagné ses galons de la Ligue 1. Je suis persuadé que Mickaël Landreau aurait aussi fait remonter Lorient mais ils ne s'étaient pas trompés en prenant Pélissier. Et il y a de bons joueurs, je pense à Cabot, Marveaux, Hamel... Il y a des joueurs de Ligue 1 comme Lemoine mais aussi des jeunes comme Le Fée qui à mon avis serait un très bon joueur de Ligue 1 et dont les jours sont comptés à Lorient.


Concernant Lens, vous aviez notamment pu suivre la défaite à Châteauroux (3-2) ou le nul contre Grenoble (0-0) en 2020. Pensiez-vous cette équipe capable de monter ?


Je n'en avais pas l'assurance car si la Ligue 2 avait été au bout, les premiers n'auraient peut-être pas été Lens et Lorient. Maintenant il y a aussi les play-offs et Lens avait été jusqu'aux barrages la saison dernière contre Dijon. Je pense d'ailleurs que sans la suspension de Leca, qui fait pour moi partie des cinq meilleurs gardiens de France, ils seraient montés. Voir Lens en Ligue 1 est normal. Quand vous descendez en Ligue 2, c'est difficile de remonter mais ils ont su prendre des joueurs de talent comme Cahuzac, Gillet, Sotoca ou Mauricio. Banza est aussi un joueur que j'adore et qui a un talent fou. La place de Lens est en Ligue 1 alors j'espère maintenant qu'ils y resteront plusieurs années.

Simon Banza après un but contre Sochaux (Crédit : GettyImages)

Tout le monde ne parle que de Lens depuis une semaine et on oublierait presque que Lorient est le champion. Trouvez-vous cette forte médiatisation logique ?


Oui, je trouve ça logique parce qu'il y a des places fortes comme ça dans le football. L'exemple similaire de Lens est Saint-Etienne, qui a terminé 17e mais dont on parlait plus cette saison que des clubs qui jouaient l'Europe. Ce sont des clubs emblématiques du football français et il y a une culture foot qui est vraiment intrinsèque à ces clubs-là. On en parle beaucoup même si Lorient est aussi un vrai régal pour ceux qui aiment le foot. Mais Lens, c'est autre chose et d'ailleurs Lens a plus d'expérience que Lorient dans le football français. Ils ont déjà été champions de France, ce qui n'est pas rien. On suit parce qu'il y a une ferveur qui existe dans très peu d'autres stades en France et on est contents pour eux, pour les gens du nord parce que les Lensois méritaient de revenir en Ligue 1. Cette forte médiatisation ne me gêne pas car les gens font la part des choses et que Lens le mérite.


Depuis que vous êtes journaliste, dans quel stade avez-vous les meilleurs souvenirs ?


L’ambiance la plus folle, je l’ai vécue à Marseille parce que l'ambiance dans ce Vélodrome plein est inégalée. Il y a d'autres stades avec des grosses ambiances comme Nantes ou Saint-Etienne mais le problème de Saint-Etienne est que les supporters sont souvent suspendus alors il est compliqué d'avoir toujours une grosse ambiance. On a vu par exemple en demi-finale de Coupe de France que c'était fantastique. Le Parc des Princes est aussi particulier, il me fait penser à un stade anglais où on est proche du terrain. Il y a une grande ferveur aussi, notamment lors des matchs de Ligue des Champions.


Quel est votre avis sur les décisions de la Ligue ? J’ai lu sur Twitter que vous penchiez plutôt vers une Ligue 1 à 22.


Le problème de Twitter est qu'on ne peut pas s'exprimer correctement. J’ai reçu des commentaires disant que Toulouse méritait de descendre et je suis d’accord avec ça, je pense que Toulouse était en Ligue 2 à 99,9%. Le problème est que, connaissant l’importance de la Ligue 1 dans le budget des clubs, je pense qu'on ne peut pas faire descendre des clubs. Je pense que Toulouse et Amiens avaient encore leurs chances, d'autant plus qu'Amiens n'était qu'à quatre points de Nîmes. Tant qu'il y a de l'espoir, on ne peut pas faire descendre un club. Toulouse s'était sauvé il y a quelques années avec Pascal Dupraz. Là, c'est encore pire parce qu'avec 13 points il n'y a pas d'exemple mais je trouve dommage et je regrette qu'on n'ait pas eu l'idée d'une Ligue à 22. La situation méritait une décision exceptionnelle et une Ligue 1 à 22 avec Lens et Lorient, j'aurais trouvé ça génial ! D'ailleurs, pour la Ligue 2 c'est également impossible de faire descendre Le Mans et Orléans et d'ailleurs la décision n'est toujours pas prise. Il y a trop d'enjeux pour faire descendre des clubs comme ça, c'est complètement injuste.


Quel est votre avis sur les prises de paroles de certains présidents français comme Aulas qui ont défendu leurs intérêts malgré la période actuelle ?


Ce qui est dommage, c’est qu’on aurait aimé que le football français parle d’une seule voix. Ça n’a pratiquement jamais été le cas. Après, que des présidents défendent leur club, cela ne me gêne pas car ils sont dans leur fonction. On connaît Jean-Michel Aulas qui a des positions qui dérangent, évidemment, car il défend son club. Ce n'est pas parce qu'il dit quelque chose que c'est bien mais je pense qu'il faudrait l'écouter car ce qu'il dit est souvent pertinent. Pour moi, un classement au coefficient était la moins bonne solution. Ce n'est pas une solution. Ces clubs ne vont pas monter à cause du coefficient et d'autres comme Nantes d'autres sont désavantagés, ce que je trouve illogique. Nantes avait joué tous les gros et avait fait une première partie de saison excellente. Quand vous avez joué Paris, Marseille, Rennes et Lille deux fois et que vous n'êtes encore qu'à trois points de l'Europe, il y a un espoir qui est concret.


Pour en revenir aux présidents de clubs, c'est la cacophonie mais ils défendent leur club donc ça ne me choque pas. Et Lyon, à moins de gagner sa finale de Coupe, avait toutes ses chances pour se qualifier en coupe d'Europe. Ça touche plusieurs clubs et ça pose un vrai problème


Quelle est donc votre solution ?


Je n’en ai pas (rire). Arrêter le championnat à la mi-saison comme le voulait Waldemar Kita était aussi une solution qui s’entendait car chaque club avait joué contre tous les clubs. C’était une solution pour moi aussi illogique que d’arrêter à la 28e journée au coefficient. C’est davantage dommage pour certains que pour d’autres. Par exemple, cela bénéficie à Nice et le président Rivère l’a d'ailleurs avoué. C’est un peu comme si on avait lancé une pièce et que c'était retombé sur la bonne face pour certains clubs. C'est le cas pour Rennes parce que Lille n'était qu'à un point. Il fallait trouver une solution mais tout le monde n'est évidemment pas content, surtout Amiens et Toulouse.



2,703 vues

Partenaire principal

senseball
  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube